Dans la soirée du 24 octobre 2018 se tenait le premier hackathon en langage juridique clair dans les locaux de Seraphin.legal. Une trentaine de participants se sont réunis pour mieux comprendre les enjeux du langage juridique clair et apporter une contribution au projet Droits Quotidiens France, une plateforme d’accès au droit à destination des citoyens.


Aujourd’hui, le monde du droit est encore très fermé pour les citoyens. Bien que l’information juridique devienne plus accessible ces dernières années, notamment grâce à des plateformes publiques en ligne telles que service-public.fr 
ou Legifrance, les juristes pratiquent toujours un langage complexe et difficilement compréhensible pour le justiciable.

Le développement de la legal tech (technologies appliquées au droit) et du legal design (le droit expliqué au moyen d’icônes, de schémas, d’infographies…) participent à la démocratisation du droit. Le langage juridique clair est un atout supplémentaire pour garantir une vraie compréhension de leurs droits et obligations par les citoyens. En ayant connaissance d’expériences réussies au Québec et en Belgique, un groupe de juristes français a souhaité importer le langage juridique clair en France et créer une communauté de contributeurs certifiés dans le cadre du projet Droits Quotidiens France, directement inspiré de Droits Quotidiens Belgique.

Le hackathon du 24 octobre a été organisé afin de permettre aux nouvelles générations de juristes de se sensibiliser aux enjeux du langage juridique clair. L’événement s’est ouvert par une session de formation animée par Olivier Beaujean, juriste chargé du développement langage clair pour Droits Quotidiens Belgique.

Les participants ont ensuite été répartis en deux groupes pour rédiger des fiches en langage juridique clair.

  • Atelier « Droit du numérique / droit de l’internet » animé par Thomas Saint-Aubin et Charles Leconte : pour toutes les problématiques relatives aux droits et obligations des citoyens sur Internet.
  • Atelier « Droit des données personnelles », animé par Anaïs Person et Lola Malamoud : pour toutes les problématiques liées à la réglementation sur les données personnelles, et notamment pour mieux informer les citoyens sur les enjeux de la protection de leurs données ainsi que sur leurs droits

Les deux groupes, très enthousiastes, ont produit dans la soirée une vingtaine de fiches qui seront mise en ligne sur la plateforme Droits Quotidiens France !